Navigation mit Access Keys

close

Konrad - maison adapté

  

«Ma maison me donne la force dont j’ai besoin, depuis 54 ans.»

Pour Cette journée de décembre 1980, Konrad s’en souvient comme si c’était hier – ce jour où il a ressenti une douleur aussi subite qu’aiguë dans sa jambe gauche. Alors âgé de 17 ans et jusque-là d’une santé de fer, il s’est retrouvé dans l’incapacité de s’appuyer sur sa jambe, tourmenté par des douleurs lancinantes. Après d’innombrables examens à l’hôpital, le diagnostic a fini par tomber: le jeune homme était atteint d’un cancer des os dans la cuisse gauche. «Le médecin m’a dit: soit on vous ampute tout de suite, soit il vous reste six mois à vivre», se rappelle Konrad.

L’annonce lui a fait l’effet d’un coup de massue. Passionné de randonnées en montagne et de courses d’orientation, il venait tout juste de commencer son apprentissage. Il rêvait déjà de rejoindre l’école de recrues et d’embrasser une carrière militaire. Et une question surtout l’inquiétait: «Comment vais-je réussir à trouver une femme?»

Aujourd’hui encore, Konrad a du mal à accepter son handicap. «Je ne me montre jamais sans prothèse, pas même à mes amis les plus proches. Dans la mesure du possible, je n’utilise mes béquilles que chez moi, quand personne ne me voit.» Konrad vit depuis 54 ans dans la maison de ses parents, où l’a rejoint son grand amour Christine il y a 15 ans. «J’ai de la chance d’avoir Christine et de pouvoir continuer à vivre ici malgré mon handicap.»

  

De multiples sollicitations inappropriées ont progressivement renforcé les douleurs, jusqu’à atteindre son bassin, son dos et ses épaules. Aujourd’hui, elles ne s’arrêtent plus aux seuls
points de frottement avec la prothèse, son corps entier le fait souffrir. Si le recours à de puissants médicaments le soulage, la vie à la maison est devenue plus compliquée.

Dans la salle de bains surtout, étroite et peu pratique, Konrad a vite été confronté à ses limites. Christine ne supportait plus de voir son mari tenter péniblement de passer le bord surélevé de la baignoire, en équilibre sur une jambe. «Il suffit qu’il tombe et se casse quelque chose, et c’en est fini de son autonomie», s’inquiète-t-elle. Comprenant qu’ils avaient besoin d’une aide professionnelle, elle a pris contact avec Procap.

  
[Translate to 3 Francais:] Ein Foto des alten Bades zeigt deutlich die Verbesserung.

Le conseiller en construction de Procap a mesuré la salle de bains en envisageant diverses solutions, y compris dans le cas où Konrad se déplacerait un jour en fauteuil roulant.
Procap a également accompli les démarches administratives auprès de l’AI pour lui demander une participation aux frais d’aménagement. Peu de temps après, Konrad disposait
d’une salle de bains adaptée, pas plus grande qu’avant, mais sans obstacles. Il peut désormais utiliser la douche de plain-pied sans aucun risque.

Souvent, la survenue d’un handicap bouleverse la vie des personnes touchées, qui doivent renoncer à quantité de choses. Procap s’engage pour que les personnes avec handicap puissent malgré tout vivre avec un maximum d’autonomie.

  

Votre aide est nécessaire

Pour continuer d’adoucir la vie de personnes comme Konrad grâce à ce projet ou à d’autres, nous sollicitons votre soutien. Du fond du cœur, merci!

  
  

Avec 50 francs vous permettez d’obtenir de brefs conseils sur les possibilités d’adaptation.

Donner maintenant

  
  
[Translate to 3 Francais:] Frau im Rollstuhl in angepasster Küche

Avec 120 francs vous participez aux frais d’une séance de conseils en construction complète sur place.

Donner maintenant